Les tours de La Rochelle

La tour de la Chaîne

La tour de la Chaîne est l'une des deux tours du Vieux-Port, l'autre étant la tour Saint-Nicolas. Ces deux édifices offrent une entrée spectaculaire lorsqu'on arrive en bateau (et à pied d'ailleurs).

Construite entre 1382 et 1390, quelques années après la tour Saint-Nicolas, elle avait pour fonction (comme son nom l'indique) de tendre la chaîne, fixée par un anneau dans la tour Saint-Nicolas sur l'autre rive, de manière à fermer l'accès du port.

Cette tour, qui faisait également office de poudrière, a été gravement endommagée en 1651 lors de la la Fronde, une explosion l'ayant découronnée, détruisant sa toiture, les mâchicoulis et le chemin de ronde.

En 1824, lors de l'élargissement de l'entrée du port, la petite tour de la chaîne abritant le cabestan qui servait à tendre la chaîne est détruite.

Classée monument historique en 1879, elle a été partiellement restaurée au XIXe siècle et au début du XXe siècle.

La tour Saint-Nicolas

La tour Saint-Nicolas est l'autre tour emblématique du Vieux-Port. Elle a été construite au XIVe.

Haute de 37 mètres, elle se distingue de sa voisine part sa forme puisqu'elle est presque carrée. A l'intérieur, il y trois grandes salles dont le plafond est vouté.

Suite à sa construction, la tour a commencé à s'enfoncer. Son sol est donc aujourd'hui légèrement. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, cette inclinaison a été conservée pendant la restauration de la tour.

Au centre de la tour, on trouve une ouverture ronde qui permettait de monter plus facilement des denrées aux différents étages.





La tour de la Lanterne

La tour de la Lanterne est la plus grande des trois tours de La Rochelle puisqu'elle mesure 55 mètres de haut. Elle constituée d'une base ronde et d'une grande flèche.

A l'intérieur de la tour, on trouve plusieurs salles dont les murs sont recouverts de quelques 600 graffiti, gravés dans la pierre par des marins et corsaires hollandais, anglais ou espagnols qui étaient emprisonnés dans la tour en attente de leur jugement.

La tour servit donc souvent de prison et, en 1822, on y enferma 4 sergents qui avaient comploté contre Louis XVIII. Ils furent jugés à Paris, condamnés à mort et guillotinés. Ils sont passés dans l’Histoire sous le nom des « quatre sergents de La Rochelle » et la tour conserve leur souvenir.




La tour de la Grosse Horloge.

La Grosse Horloge était à l'origine, une porte de la ville fortifiée. Au XIIIe siècle son nom était la porte du Parrot ou Perrot, car elle donnait accès au faubourg du Parrot. La porte était percée de deux entrées. Une large pour les chariots et une plus étroite pour les piétons.

En 1478, on la surmonta d'un clocher octogonal, coiffé d'un campanile abritant la cloche de l'horloge.

En 1672, les deux entrées fusionnèrent en une seule afin de simplifier la circulation.

Aujourd’hui, elle abrite le musée archéologique, et reste un des principaux points de passage entre les quais et la vieille ville.

La cloche de la Grosse Horloge sonne une fois par jour : à 12h.